lundi 31 décembre 2012

Shinzo Abe, le nouveau Premier ministre japonais a visité la centrale nucléaire de Fukushima

Shinzo Abe, le nouveau Premier ministre japonais a visité la centrale nucléaire de Fukushima dévastée il y a un an et demi.
Masque sur le visage, c'est en bus qu'il s'est rendu près des réacteurs les moins endommagés avant d'aller remercier et encourager les ouvriers chargés des travaux de démantèlement.
Shinzo Abe souhaite réactiver les réacteurs qui seront jugés sûrs. Le Japon, dit-il ne peut se passer du nucléaire pour des questions économiques. Mais il reste prudent et affirme vouloir conduire une politique énergétique responsable en faisant progresser les énergies renouvelables.

Pas sûr que son objectif de redémarrer Fukushima soit apprécié par la population. Des manifestations anti-nucléaires avaient émaillé la campagne des législatives. Ces militants pourraient bien faire encore pression.
Retrouvez nous sur :
Youtube http://bit.ly/zr3upY
Facebook http://www.facebook.com/euronews.fans
Twitter http://twitter.com/euronewsfr







samedi 15 décembre 2012

conférence internationale dans la préfecture de Fukushima

Une conférence internationale a commencé dans la préfecture de Fukushima pour discuter des mesures de sécurité dans les centrales nucléaires. La conférence tirera les leçons de l'accident nucléaire causé par le séisme et le tsunami de l'an dernier.

Les représentants de quelque 120 pays et institutions se sont rassemblés dans la municipalité de Koriyama pour participer à la conférence qui a débuté samedi.

La rencontre de trois jours est coorganisée par le gouvernement japonais et l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Koichiro Gemba, qui copréside la conférence, a déclaré que le Japon était déterminé à faire tout son possible pour dynamiser les zones entourant la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi et restaurer le niveau de vie des personnes affectées par l'accident.

Il a ajouté qu'il s'agissait d'un défi sans précédent pour le monde et qu'il faudra des années et de nouvelles technologies pour démanteler les réacteurs de la centrale de Fukushima.

Il a également cherché la coopération de la communauté internationale, précisant que le Japon était prêt à accepter la venue d'experts de l'AIEA l'an prochain.






vendredi 14 décembre 2012

règles plus strictes pour les évacuations

Au Japon, un groupe d'experts de l'Autorité de régulation du nucléaire propose des règles plus strictes pour les évacuations, en cas d'accident nucléaire.

Les experts de l'agence conseillent aux résidents de se mettre à l'abri dès que les niveaux de radiation atteignent 500 microsieverts par heure, soit un niveau deux fois plus bas que les normes actuelles de l'Agence internationale de l'énergie atomique qui propose un seuil de 1000 microsieverts par heure.

Une journée après l'accident nucléaire de Fukushima l'an dernier, des radiations de 500 microsieverts par heure avaient été mesurées à une distance de six kilomètres de la centrale.

Selon les experts, le gouvernement devrait allouer suffisamment de ressources pour permettre de mesurer les niveaux de radiation sur tout le territoire affecté par un accident nucléaire.

Les experts du panel devraient finaliser leurs recommandations d'ici la fin décembre.


mercredi 12 décembre 2012

Le Japon et la Biélorussie

Le Japon et la Biélorussie vont entériner un accord pour les aider à affronter les problèmes causés par les accidents nucléaires. Ces deux pays souffrent toujours des conséquences de désastres nucléaires.

L'entente sera signée cette semaine. Le gouvernement japonais a lancé cette initiative après l'accident à la centrale Fukushima l'an dernier.

La Biélorussie a subi une grave contamination, suite à l'accident nucléaire de Tchernobyl dans l'ex-république soviétique d'Ukraine en 1986. La Biélorussie est située au nord de l'Ukraine.

On s'attend à ce que l'accord permette l'échange d'experts japonais et biélorusses, qui mèneraient des études sur le site des deux accidents nucléaires.

L'entente permettrait aussi aux deux pays de partager de l'information concernant l'impact des radiations sur la santé et la contamination des sols.

En avril, le Japon a signé un accord du même genre avec l'Ukraine.


lundi 10 décembre 2012

ne convenant pas à la vie pour une période de temps indéterminée 11 000 habitants d'Okuma

Le gouvernement japonais annonce que la plus grande partie de la municipalité où se trouve la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi endommagée ne pourra pas être habitée dans un avenir prévisible.

La décision entre dans le cadre du reclassement par le gouvernement de onze municipalités de la préfecture de Fukushima affectées par les radiations de la centrale.

Tous les 11 000 habitants d'Okuma vivent à l'extérieur de la municipalité depuis qu'elle a été déclarée zone d'exclusion immédiatement après la catastrophe nucléaire.

Le gouvernement indique que 96 pour cent des zones résidentielles de la municipalité ont été reclassées comme ne convenant pas à la vie pour une période de temps indéterminée.

Les zones en question ont été barricadées ce lundi et les opérations de décontamination commenceront dans les 4 pour cent restants.

dimanche 9 décembre 2012

Conséquences sanitaires et sociales de l'accident nucléaire de Fukushima

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conséquences_sanitaires_et_sociales_de_l'accident_nucléaire_de_Fukushima

Pour un article plus général, voir : Accident nucléaire de Fukushima.
Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 déclenche un tsunami qui dévaste la côte Pacifique du Tōhoku au Japon et provoque l'accident nucléaire de Fukushima : la centrale nucléaire est endommagée, provoquant un défaut de refroidissement, des fusions de cœur dans plusieurs réacteurs puis des ruptures de confinement et d'importants rejets radioactifs dans l'atmosphère mais également dans tout l'environnement. Cet événement entraîne des conséquences sanitaires et sociales importantes au Japon. Par ailleurs tant le panache radioactif que les rejets dans l'océan suscitent des inquiétudes dans le monde.
Selon les estimations publiées par l'Agence Japonaise de Sûreté Nucléaire, l'accident a dispersé l'équivalent de 10 % de l'accident de Tchernobyl : entre 1,3 et 1,5×1017 becquerels d'iode 131 (contre 1.8×1018 pour Tchernobyl), et entre 6,1 et 12×1015 becquerels de césium 137 (contre 8,5×1016 pour Tchernobyl)1. Environ 110 000 personnes sont évacuées dans un rayon de 20 km.
Sommaire [masquer]
1 Importances des rejets
2 Vies atteintes en zone évacuée
2.1 Événements humains recensés (chronologie)
2.2 Bilan humain synthétique et chiffré
2.3 Bilan animal
3 Niveau de radioactivité
3.1 Radioactivité dans le site
3.2 Radioactivité en limite extérieure de site
3.3 Niveau de radioactivité extérieure
3.4 Stocks d'eau radioactive
3.5 Contamination radioactive de l'atmosphère
3.6 Contamination radioactive du sous-sol
3.7 Contamination radioactive de l'océan
4 Contamination des aliments et de l'eau potable
4.1 Dépôts radioactifs
4.2 Restrictions sur les denrées alimentaires
4.3 Restrictions sur l'eau courante
5 Mesures de protection pour la population
5.1 Évacuations successives de périmètres de 3, 10 et 20 km
5.2 Extension de la zone d'évacuation au-delà des 20 km
5.3 Décontamination
5.4 Autres mesures
5.5 En Europe
6 Notes et références
6.1 Notes
6.2 Références
7 Voir aussi
7.1 Articles connexes
7.2 Liens externes
Importances des rejets[modifier]

L'accident nucléaire de Fukushima est considéré par les médias comme le pire accident nucléaire au monde depuis la catastrophe de Tchernobyl en 19862,3,4.
Selon les estimations publiées par l'Agence Japonaise de Sûreté Nucléaire, l'accident a dispersé l'équivalent de 10 % de l'accident de Tchernobyl : entre 1,3 et 1,5×1017 becquerels d'iode 131 (contre 1.8×1018 pour Tchernobyl), et entre 6,1 et 12×1015 becquerels de césium 137 (contre 8,5×1016 pour Tchernobyl)1.
La CRIIRAD qui cite ces mêmes chiffres estime que, indépendamment de ceux de Tchernobyl et quels que soient les chiffres exacts des rejets à Fukushima, ceux-ci étaient suffisamment importants pour que les estimations soient faites plus tôt et immédiatement mises au service de la protection des populations concernées5
Le Docteur Michel Fernex affirme que « Les études scientifiques en cours montrent qu’il y a autant de dommages génétiques dans les secteurs contaminés de Fukushima que de Tchernobyl. »6
Le président du Comité scientifique des Nations Unies pour l'Étude des Effets des Rayonnements relativise les conséquences sanitaires, arguant de faibles quantités de produits radioactifs disséminés, sans rapport avec le cas de Tchernobyl7 et cela d'autant plus que le régime des vents avait au départ dirigé le panache majoritairement vers l'océan.
Cependant, plusieurs scientifiques ne partagent pas les estimations officielles des rejets ni l'avis du président du Comité. Ainsi, l'Austria's Central Institute for Meteorology and Geodynamics (Zentralanstalt für Meteorologie und Geodynamik (de)) estime que lors des dix premiers jours de l'accident les rejets sur Fukushima représentaient environ 73 % en Iode131 et environ 60 % en Césium137 des rejets de Tchernobyl pour la même periode8,9,10. De même, l'Union of Concerned Scientists (UCS) qui cite aussi le rapport autrichien, considère que les conséquences déjà apparentes de ce qu'elle appelle un désastre sont sévères et inacceptables sur la santé, l'environnement et l'économie et qu'il est désormais acquis que des rejets significatifs de radioactivité peuvent se produire sans qu'il y ait destruction de l'enceinte de confinement11.
De plus, le 1er juin 2011, des mesures révèlent que les environs du réacteur no 1 ont atteint des niveaux de pollution similaires à ceux de la zone morte de Tchernobyl12.
Début avril, les impacts socio-économiques sont plus douloureux13. D'une part, les habitants de la Zone d'exclusion nucléaire d'environ 20 km autour de la centrale ont été évacués et la consigne aux habitants de la zone des 20-30 km est de rester chez eux ou de procéder à leur « évacuation volontaire » par leurs propres moyens14. D'autre part, la contamination environnementale a nécessité l'interdiction à la vente du lait et de différents produits agricoles dans plusieurs préfectures (notamment au nord-ouest de la centrale) et des produits marins. Effrayés, les grossistes et consommateurs évitent désormais tous les produits alimentaires venant de ces régions, ce qui prive de toutes ressources les exploitants15. Dans les communes les plus touchées (notamment Iitate), les habitants ont vécu pendant plusieurs semaines dans l'attente d'aides de l'État, ou d'un éventuel ordre d'évacuation16,17. L'évacuation a enfin été ordonnée en fin de journée le 11 avril et ces habitants ont alors rejoint les rangs des « exilés » de Fukushima18.
Vies atteintes en zone évacuée[modifier]

Événements humains recensés (chronologie)[modifier]
Le 12 mars, l’exploitant signale que deux employés semblent manquer à l'appel à la Centrale nucléaire de Fukushima Daiichi19 : ils sont partis inspecter le bâtiment des turbines du réacteur no 4 juste après le séisme. Leurs corps seront retrouvés le 3 avril20,21. Dans cette centrale, quatre travailleurs ont également été blessés lors du séisme22. À Fukushima Daini, le bilan du 12 mars était de un travailleur tué dans un accident de fonctionnement d’une grue portique, et un autre légèrement blessé23.
Dès le 12 mars 2011, les municipalités les plus exposées sont évacuées.
À Fukushima Daiichi, le 12 mars, un employé affecté au réacteur no 1 (ou Tepco essaie de faire baisser la pression) est exposé à une dose de 106 mSv24. Dans l'après-midi, deux employés et deux sous-traitants sont blessés lors de l’explosion sur le réacteur de l’unité 125.
Le lundi 14 mars, l'opérateur Tokyo Electric Power (TEPCO) annonce que deux explosions en fin de matinée au réacteur 3 ont fait sept disparus, dont six soldats, et trois blessés26. Les disparus sont ensuite retrouvés, et le bilan final est de 11 blessés, dont 4 employés, 3 sous-traitants et 4 soldats22. Dès le 12 mars au matin, le gouvernement a mis en place dans les zones à risque des mesures de dépistage d'éventuelles contaminations radioactives : les habitants sont contrôlés avec un compteur Geiger, et peuvent si nécessaire être décontaminés. Le 15 mars 2011, l'AIEA rapporte que sur 150 personnes déjà soumises à ces tests, 23 ont dû être décontaminées27. Les contaminations relevées sont de l'ordre de 30 000 à 100 000 coups par minute (cpm)28.
Ces chiffres doivent néanmoins être pris avec beaucoup de prudence car les autorités sont rapidement contraintes de jongler avec les seuils de décontamination. Ainsi, au centre de dépistage de la ville d'Okuma, le seuil de contamination était initialement fixé à 6 000 cpm : sur 162 personnes testées, 41 dépassaient ce seuil et devaient théoriquement être décontaminés. Le seuil de décontamination utilisé a alors été plus que doublé à 13 000 cpm, ce qui a permis de réduire à 5 (au lieu de 41) le nombre d'habitants à décontaminer29. Dès le 20 mars, le gouvernement fait officiellement passer le seuil de contamination à 100 000 cpm, donc 16 fois sa valeur initiale. Sur la base de ce seuil remonté à 100 000 cpm, le 8 juin, sur 198 676 habitants de la Préfecture de Fukushima testés, seuls 102 étaient au-dessus du seuil avec leurs chaussures aux pieds, et plus aucun habitant ne dépassait le seuil de contamination une fois ses chaussures ôtées30.
Dans l'intervalle, le 17 mars, à la suite d'une conférence de presse du Secrétaire général du Cabinet, l'AIEA est en mesure d'établir une première liste de personnes contaminées31 : on compte 17 travailleurs, 2 pompiers et 2 policiers faiblement contaminés, et surtout un employé ayant reçu une exposition significative (il s'agit de l'employé exposé à 106 mSv lors de la dépressurisation du 12 mars). Le 22 puis le 23 mars, deux techniciens qui travaillaient dans la piscine de désactivation commune pour tenter de rétablir l'électricité sont blessés successivement32. Le jeudi 24 mars se produit une nouvelle contamination sérieuse : trois employés sous-traitants travaillant dans la salle des turbines du réacteur 3 ignorent les alarmes de leurs dosimètres électroniques et reçoivent des doses comprises entre 170 et 180 mSv (mesures corps-entier données par leurs dosimètres de poitrine). Deux d'entre eux souffrent en particulier de brûlures aux pieds: ils ont travaillé dans 17 cm d'eau fortement contaminée (3,9×106 Bq/cm3, pour une activité de 400 mSv/h en surface), et l'eau s'est insinué dans leurs chaussures33,34,35. Les doses reçues aux jambes sont ultérieurement réévaluées à 2-3 Sv36,37. Ils sont suivis à l'Institut national des sciences radiologiques de Chiba, dont ils sortiront le 28 mars38.
Des cancérologues japonais ont demandé un stockage de cellules souches du sang des ouvriers de la centrale de Fukushima, en précaution contre d'éventuelles suites des radiations39. Du 11 au 25 mars, TEPCO dénombre 25 blessés40. Le 12 avril 2011, l'Agence Japonaise de Sûreté Nucléaire a fait état de 21 travailleurs ayant reçu des doses supérieures à 100 mSv41.
Le 12 avril, apprenant qu'il allait devoir quitter son village, dont l'évacuation avait été décidée la veille, le doyen d'Iitate s'est donné la mort à l'âge de 102 ans42,43. D'autres suicides ont été reliés à l'accident nucléaire; deux agriculteurs, dont l'un a écrit dans sa lettre d'adieu : « J'aimerais tant qu'il n'y ait pas de centrale nucléaire, je suis à bout »44; une femme évacuée de Kawamata qui ne supportait plus la vie de refugiée45. Plus généralement, le Japon a immédiatement redouté une forte augmentation des suicides, que ce soit du fait de l'accident nucléaire ou du tsunami46, une crainte qui s'est malheureusement réalisée47.
Le 28 avril 2011, TEPCO annonce qu'une employée a été exposée à 17,55 millisieverts (pour une limite maximale admise de 5 millisieverts en 3 mois pour les femmes)48. Fin mai, deux ouvriers présentaient des concentrations particulièrement élevées en iode 131, affectant leur glande thyroïdienne : 9 760 becquerels pour l’un des travailleurs et 7 690 pour l’autre.
Le 13 décembre 2011, la préfecture de Fukushima révèle les premiers résultats d'une étude en cours sur l'irradiation externe des habitants durant les quatre mois ayant suivi l'accident. Ces résultats préliminaires portent sur 1 727 habitants de Namie (en), d'Iitate et d'un district de Kawamata, situées de dix à cinquante kilomètres de la centrale49. 1 675 personnes, soit 97 % des habitants, ont été exposés à une dose inférieure à cinq millisieverts ; parmi eux, 1 084 soit 63 % des habitants ont été exposés à moins d'un millisievert — la limite gouvernementale pour une année49. Neuf personnes, dont cinq travaillant à la centrale, ont été exposées à plus de dix millisieverts (37 millisieverts maximum)49. Selon Shunichi Yamashita, vice-président de l'université de médecine de Fukushima, la plupart des habitants de ces localités ont donc été exposés à un taux de radiation ayant extrêmement peu d'impacts sur leur santé, et ne nécessitant pas une évacuation49. Il ajoute qu'ils n'ont pas de certitudes concernant les effets de l'iode, et qu'il faudra surveiller à long terme la santé des habitants, y compris par des examens de la thyroïde50. De plus, la préfecture de Fukushima révèle ses estimations des doses externes aux habitants, fondées sur les conditions météorologiques et les dates d'évacuation, pour 12 localités à proximité de la centrale: en fonction du lieu les estimations varient entre 0,84 et 19 millisieverts, maximum atteint à Iitate. Le Japan Times en conclut que l'évacuation de ce village, longtemps après le début de la crise, a été trop tardive51.
Bilan humain synthétique et chiffré[modifier]
Toutes causes confondues du fait des accidents affectant les réacteurs nucléaires et non point seulement celles liées à la radioactivité artificielle
Nombre de morts du fait de l'accident affectant les réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi : inférieur à 5
Nombre de morts du fait de l'évacuation des territoires contaminés : entre 40 et 50
Nombre de blessés graves ou fortement irradiés (> 20 mSv (1)) du fait de l'accident affectant les réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi : inférieur à 20
Nombre de blessés légers ou faiblement irradiés (< 20 mSv (1)) du fait de l'accident affectant les réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi : supérieur à 100 et inférieur à 1000
Nombre de personnes déplacées du fait de l'accident affectant les réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi : supérieur à 20 000 et inférieur à 50 000
(1) La limite de 20mSv est la dose efficace maximale admissible sur 12 mois consécutifs prévue par le code du travail français pour les travailleur du nucléaire catégorie A, hors situations d'urgence (articles R. 4451-12, R. 4451-13, D. 4152-5 et D. 4153-34).
[réf. nécessaire]
Une soixantaine de personnes alitées, sont décédées lors de l'évacuation de la zone des 20 km52.
Une étude publiée en août 2012 indique que le stress consécutif à l'évacuation forcée a été la cause principale de 34 morts, principalement des personnes âgées troublées par la perturbation apportée à leur condition de vie. Pour Malcolm Grimston, chercheur de l'Imperial College, ces constatations sont cohérentes avec ce qui avait été relevé lors de l'accident nucléaire de Three Mile Island et de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl : en dehors des cas bien documentés de cancer de la thyroïde et de la sur-mortalité constatée chez les liquidateurs, plus difficile à analyser, l'effet sur la population n'est pas tellement le risque de cancer, impossible à mettre en évidence, mais bien la perturbation psychologique entraînée par les circonstances de l'accident. Pour lui, « si l'approche à retenir est d'abord de ne pas nuire, il vaudrait peut-être mieux ne pas faire du tout d'évacuation obligatoire, surtout quand des tablettes d'iode sont disponibles »53
Bilan animal[modifier]
L'évacuation de la zone des 20 km fut accompagnée de l'abandon de milliers d'animaux, surtout des bovins ainsi que d'autres animaux de bétail (tels porcs et poulets), laissés sans eau ni nourriture : environ 30 000 porcs, 600 000 poulets, plus de 10 000 vaches auraient été abandonnés. Jeudi 12 mai 2011, le gouvernement demande, avec le consentement des propriétaires et contre indemnisation, l'abattage des animaux laissés sur place dans les secteurs évacués54. Le 19 mai, des équipes de secours sont autorisées à entrer dans la zone évacuée pour secourir exclusivement chiens et chats de compagnie.
Niveau de radioactivité[modifier]



En échelle logarithmique, les niveaux de rayonnement mesurés en plusieurs points au voisinage du site nucléaire de Fukushima Daiichi en mars 2011, mis en relation avec les principaux événements


Evolution des débits de dose à Fukushima du 11 au 30 mars, et comparaison à d'autres incidents et aux normes réglementaires.


Zone rouge : plus de 100 mSv/h
Articles détaillés : Débit de dose radioactive et Faibles doses d'irradiation.
Radioactivité dans le site[modifier]
Le lendemain du séisme, la radioactivité relevée par Tepco reste normale à 0h0019, mais elle augmente dès 4h4055,56. À 15 h 29, à la suite de plusieurs relâchements de vapeur sur le réacteur no 1, la radioactivité atteint un pic à 1 015 μSv/h à la limite nord-ouest du site57,58. Les deux jours suivants, la radioactivité aux points de contrôle reste généralement de l'ordre de quelques dizaines de microsieverts par heure, avec de brusques sursauts occasionnels59,60.
La situation s'aggrave brusquement le 15 mars, après deux explosions successives, d'abord à 6 h au bâtiment no 4 puis à 6h14 dans l'enceinte du bâtiment no 2. À l'entrée principale, le débit de dose grimpe de 73 μSv/h à 6 h à 965 μSv/h à 7 h, et atteint un pic de 11 900 μSv/h à 9 h. À l'intérieur du site, les débits de dose à 10h22 atteignent 30 mSv/h entre les réacteurs 2 et 3, 100 mSv/h au voisinage du réacteur 4 et 400 mSv/h au voisinage du réacteur 361. Tout le personnel est évacué, seuls restant sur place un petit nombre d'employés, qui seront surnommés les cinquante de Fukushima62.
Au Japon, la limite de dose pour un travailleur du nucléaire dans des situations d'urgence est normalement de 100 millisieverts63. Le 15 mars, pour permettre aux « liquidateurs » de la centrale de continuer à intervenir sur le site, cette limite est relevée à titre exceptionnel à 250 millisieverts par le gouvernement japonais64,65. Le 21 mars, la Commission Internationale de Protection Radiologique rappellera ses recommandations pour les situations d'urgence nucléaire: les niveaux de référence peuvent être relevés jusqu'à 500 ou 1 000 millisieverts; pas de limite d'exposition pour des volontaires informés lorsqu'il s'agit de sauver des vies66.
Le 15 mars a radicalement changé la situation concernant la radioactivité sur site: aux points de contrôle, les ordres de grandeurs des mesures viennent de passer des dizaines aux centaines de microsieverts dans les périodes de « calme », avec de brusques sursauts occasionnels atteignant 6 960 μSv/h le 15 mars à 23 h 10 (porte principale) puis 10 800 μSv/h le 16 mars à 12 h 3067. Après plusieurs jours critiques, la situation reviendra progressivement sous contrôle, et les sursauts de radioactivité se feront alors de plus en plus rares, mais la radioactivité s'est maintenant installée de manière permanente. Un point de contrôle est mis en place à 500 mètres au nord-ouest de l'unité 2: les mesures y décroissent lentement de 3 500-4 200 μSv/h à 2 000 μSv/h entre le 17 et le 21 mars68. Après quelques jours d'interruption, les mesures à cet emplacement reprennent (le point de mesure est légèrement décalé) : le débit de dose est de 1 400 μSv/h le 26 mars69, passe sous les 1 000 μSv/h le 31 mars70, et oscillait légèrement au-dessus des 500 μSv/h le 17 avril71. Les mesures aux points de contrôle en bordure de site décroissent également, avec des valeurs au 9 avril allant de 13 μSv/h au point nord à 252 μSv/h au point sud-ouest72. Depuis le 25 avril, Tepco a mis en ligne des cartes de radioactivité sur le site73. Une analyse rapide montre des débits de dose supérieurs au mSv/h presque partout autour des réacteurs, et pouvant atteindre 300 mSv/h dans les zones de gravats.
Dans l'intervalle, Tepco entame le 19 mars les travaux pour rétablir l'électricité à Fukushima74, et les travailleurs reviennent progressivement. Le 24 mars, trois employés d'un sous-traitant posent des câbles dans la salle des turbines du réacteur 3, les pieds dans 15 cm d'eau. Ignorant que cette eau est fortement contaminée, ils ne tiennent pas compte des alarmes de leurs dosimètres électroniques. Ils reçoivent ainsi des doses comprises entre 170 et 180 mSv (valeurs données par leurs dosimètres de poitrine), et deux d'entre eux sont victimes de brûlures aux pieds, l'eau s'étant insinué dans leurs chaussures faute d'équipement adapté (pas de bottes montantes)33,34,35. Les doses reçues aux jambes sont ultérieurement évaluées entre 2 et 3 Sv36,37.
À la suite de cet accident, Tepco décide d'analyser l'eau de cette salle et des autres bâtiments inondés. Le 25 mars, ils publient pour l'eau présente dans le bâtiment des turbines du réacteur 3 une analyse à 3,9 millions de Bq/cc75. Le 27 mars, ils font de même pour le réacteur 2, mais se trompent dans leurs analyses et publient un chiffre de 2,9 milliards de Bq/cc d'iode 134, pour une activité en surface de 1 000 mSv/h (ce dernier chiffre étant correct)76. Se basant sur ces résultats, Tepco déclare que cela représente « 10 millions de fois la radioactivité de l'eau qui circule en temps normal dans un réacteur »77,78. Cette annonce fait immédiatement le tour du monde, et les journaux titrent « Hausse de la radioactivité et évacuation a Fukushima »79,80. Plus tard dans la journée, Tepco se rétracte et annonce que leurs mesures de concentration en iode 134 étaient 1000 fois trop élevées81. Le porte-parole du gouvernement parlera le lendemain de « faute impardonnable » à propos de cette erreur qui a paniqué l'opinion publique82.
Au-delà de son côté anecdotique et sur-médiatisé, cet épisode est surtout l'occasion pour Tepco de prendre conscience du degré de contamination de l'eau et du sol, ignoré jusque là. Débute alors une importante campagne visant à prendre la mesure du problème83.
Le 27 mars, Tepco mesure les débits de dose à la surface de l'eau dans les sous-sols inondés des bâtiments des turbines: ils trouvent 60 mSv/h pour le bâtiment du réacteur 1, 750 mSv/h pour celui du réacteur 3, et au moins 1 000 mSv/h pour celui du réacteur 284. Dans ce dernier cas, la valeur exacte n'est en fait pas connue : leur compteur ayant saturé à pleine échelle, les employés de Tepco sont immédiatement partis sans refaire la mesure avec un calibre différent85.
Le même jour vers 15 h 30, les employés de Tepco tentent de mesurer la radioactivité à la surface de l'eau dans les tranchées enterrées —destinées aux passages des câbles et tuyauteries— qui sont situées à l'extérieur des réacteurs et sont également inondées. Près de l'unité 1, l'opérateur trouve un débit de dose de 0,4 mSv/h. Le débit de dose est 2 500 fois plus élevé (1 000 mSv/h) dans la galerie de l'unité 2. À cause des gravats (fortement radioactifs) qui en bloquent l'accès, la radioactivité ne peut être mesurée pour l'unité 386,87.
Ces résultats vont avoir un impact majeur sur la suite de la crise, car drainer l'eau contaminée et empêcher qu'elle n'atteigne la mer sont devenus des enjeux majeurs : le 29 mars, NHK rapporte qu'il reste encore 10 cm pour la tranchée du réacteur no 1 et 1 m pour celles des réacteurs 2 et 3 avant que l'eau ne déborde88. Le 19 avril, Tepco estimait qu'il allait falloir enlever du site environ 67 500 tonnes d'eau contaminée89.
Parallèlement, des échantillons de sol avaient été prélevés par TEPCO en 5 endroits différents dès les 21 et 22 mars 2011, et envoyés à des laboratoires pour analyse90. Les résultats des analyses sont révélées le 28 mars et montrent la présence de plutonium 238, 239 et 240. Ce ne sont que des traces très faibles (<1 Bq/kg), du même ordre de grandeur que le plutonium que l'on trouve ailleurs au Japon — ce plutonium s'est déposé à la suite des essais nucléaires à ciel ouvert entre 1945 et 1964 — et sans danger pour la santé91.
Par contre, Tepco note que le rapport isotopique ne correspond pas à celui observé pour les retombées des essais nucléaires : la proportion de plutonium 238 par rapport au plutonium 239 et 240 est trop élevée. Tepco en déduit que le plutonium détecté provient probablement des accidents de Fukushima92. D'autres analyses ultérieures donnent des résultats similaires93,94. Le 22 avril, le Secrétaire général du Cabinet, Yukio Edano, déclare que la composition isotopique du plutonium semble correspondre à celle du MOX utilisé par le réacteur no 395, ce qui est confirmé par les analyses publiées le 27 avril, lesquelles prennent en compte non seulement le plutonium mais également des isotopes rares d'américium et de curium96.
À partir du 18 avril, Tepco peut enfin mesurer le niveau de radioactivité à l'intérieur des réacteurs, grâce à des robots prêtés par une firme américaine97. Les débits de dose mesurés vont de 10 à 49 mSv/h dans le bâtiment du réacteur no 1, et de 28 à 57 mSv/h dans celui du no 398,99. De telles valeurs sont passablement élevées dans la perspective où des travaux seront nécessaires à l'intérieur des centrales : exposé à 25 mSv/h, un travailleur atteindrait en seulement 10 h la limite d'exposition de 250 mSv fixée par les autorités japonaises, et en 40 h l'extrême limite (1 000 mSv) admise par la Commission Internationale de Protection Radiologique.
En août 2011, Tepco détecte sur le site différents points chauds où le débit de dose horaire dépasse 10 sieverts, soit la dose létale en cas d'irradiation100,101.
Radioactivité en limite extérieure de site[modifier]


Zone jaune : de 0,025 à 2 mSv/h
Le 17 mars 2011, le ministre japonais des Sciences déclare qu'un débit de dose radioactive de 0,17 mSv/h a été mesuré à 30 km au nord-ouest de l'accident (soit 20 mSv reçus en 5 jours de 24 heures, ce qui correspond à la dose autorisée en un an pour un travailleur du nucléaire en France)102. Le 15 mars 2011, TEPCO annonce un niveau de radiation de plus de 8 microsieverts par heure103.
Dans son 22e communiqué104 sur la situation, le 14 mars (7 h 30 heure locale), l’agence NISA confirme une augmentation de radioactivité par rapport à celle mesurée le 13 mars à 19 h (selon les mesures faites par un véhicule en bordure du site104). Pour la centrale de Fukushima Daini, la NISA cite une mesure approximative de 5 400 nGy/h (soit 5,4 microsieverts) en limite extérieure nord du site, le 15 mars à 19 h, en diminution par rapport aux 6 500 nGy/h (6,5 microsieverts) mesurés à 19 h la veille (le 14 mars) au même point.
Sur un des points de mesure extérieurs (MP3, au Nord-Ouest du site en limite de l'unité 2 de Fukishima Daiichi) la radioactivité atteignait 231,1 µSv/h (le 14 mars à 14 h 30 locale)105.
Le 13 mars 2011, à 2 km de la centrale de Fukushima Daiichi, la radioactivité ambiante a été mesurée à 0,1 mSv/h106,107, soit un taux environ 800 fois supérieur à la radioactivité ambiante moyenne par heure : cela signifie qu'à quelques kilomètres de la centrale, on se trouve déjà en zone jaune.
Selon le Réseau Sortir du nucléaire108, des mesures effectuées à 2 km de la centrale de Fukushima Daiichi par six journalistes de l’association Japan Visual Journalist Association ont permis de constater un débit de dose s'élevant à 10 voire 100 milliröntgens par heure (soit 0,1 voire 1 millisievert par heure), débit selon eux « dramatiquement élevé ».
Des mesures indépendantes relevées dans la journée du 12 mars indiquent des niveaux de radioactivité très élevés sur toute la zone : jusqu'à 1 mSv à deux kilomètres de la centrale109. L’IRSN craint que « des rejets très importants se soient produits simultanément à l’explosion qui a affecté le bâtiment du réacteur samedi 12 mars 2011. Lors de l’explosion, le débit de dose à la limite du site aurait atteint 1 millisievert par heure (mSv/h)Note 1 ; 12 heures plus tard, le débit de dose aurait encore été de 0,040 mSv/h ».
Après que les réacteurs ont été déclarés en arrêt froid, Tepco vise de pouvoir maintenir l'irradiation ajoutée à l'extérieur du site à moins de 1 mSv/an à partir d'avril 2012110.
Niveau de radioactivité extérieure[modifier]


Débits de dose relevés autour de Fukushima (1mR/h = 10 µSv/h). Les zones cartographiées en orange et en rouge ont le niveau d'irradiation d'une « zone jaune » de protection radiologique : de 0.025 à 2 mSv/h.


Zone verte : de 7,5 µSv/h à 25 µSv/h
Le 13 mars à 21 h 45, CET l’AIEA indique111 que, selon les autorités japonaises, des retombées en provenance de l’usine de Fukushima Daiichi aurait conduit aux mesures de radioactivité excédant les niveaux autorisés autour de la centrale nucléaire d'Onagawa qui avaient été confirmées à 13 h 55 CET112. Ce qui pourrait fournir les premières indications quant à la propagation radioactive en provenance de Daiichi en termes d’orientation et vitesse : le site d'Onagawa se trouve au Nord/Nord-Est de celui de Daiichi.
Selon le Premier ministre japonais Naoto Kan : « Des radiations ont été libérées dans l’air, mais rien n’indique qu’il s’agisse d’une grande quantité. C’est fondamentalement différent de l’accident de Tchernobyl »113. D'après le site anglais de la NHK, le ministre japonais des Sciences a déclaré qu'un débit de dose de 0,17 mSv/h a été mesuré ponctuellement à 30 km au nord-ouest de l'accident ; les autres mesures se situent entre 0,0183 et 0,0011 mSv/h (environ 1 à 18 µSv/h)114.
Le 15 mars, la station de Takasaki/Gunma, située à quelque 250 km au sud-ouest de la centrale de Fukushima, délivre un « rapport non publié sur les radionucléides qui indique la détection de plusieurs radionucléides, parmi lesquels l’iode 131, dont l'activité donne une mesure de 15 Bq/m³ (à comparer aux 0,6 à 4,2 Bq/m³ mesurés en France du 1er au 3 mai 1986 lors de l'arrivée du nuage de Tchernobyl). À 13 h 40, le 15 mars, Tokyo est atteinte par une hausse du niveau de radioactivité : on relève 0,809 µSv/h (cela correspond à des rejets supérieurs à 100 Bq/m³115) puis, à 17 h 40 0,075 µSv/h116, cette dernière valeur étant proche de la radioactivité naturelle dans l'air ambiant mesurée en région parisienne117.
Dans la préfecture de Kanagawa, au sud-ouest de la capitale, on mesure brièvement neuf fois le niveau habituel118. À 18 h 11, le 15 mars, le niveau de radioactivité mesuré à Chiba atteint dix fois la normale116. Jusqu'au soir, un faible flux de Nord à Nord-Ouest, propice à une aggravation, a repoussé les polluants radioactifs sur Tokyo et sa région119. Le niveau de radioactivité à Tokyo augmente jusqu'à dix fois le taux normal120, soit autour de 0,3 µSv/h.
La radioactivité ambiante dans les environs de Tokyo reste à des niveaux non significatifs en termes d’impact radiologique. Les autorités de Tokyo ont annoncé un niveau de radioactivité de 0,809 microsievert par heure lors d'un pic de radioactivité le 15 mars, alors que la norme est de 0,035 ou 0,036. « Nous ne considérons pas qu'il s'agisse d'un niveau suffisant pour affecter le corps humain », a assuré un responsable municipal121,122.
Le 24 mars 2011, les équipes de l'AIEA ont enregistré des taux de 161 microsieverts par heure dans la ville de Namie (Préfecture de Fukushima), à 30 km au nord-ouest de la centrale123. Une population exposée à ce taux pendant 5 jours accumule 20 mSv, ce qui correspond à la dose autorisée en un an pour un travailleur du nucléaire en France. En 25 jours soumis à ce taux, la population exposée atteindrait la limite de 100 mSv, seuil qui correspond, selon les études épidémiologiques124 à une augmentation de 0.5 point du risque de décéder d'un cancer. D'après l'article sur les Faibles doses d'irradiation, ce niveau (140 µSv/h) est comparable à celui mesuré dans les habitations des quartiers à fortes radioactivité naturelle de Ramsar en Iran, une des régions les plus exposées à la radioactivité naturelle au monde.
Pourtant, le 30 mars, la CRIIRAD lance une alerte pour la protection sanitaire de la population soumise à la radioactivité, et demande aux autorités d'évacuer la population sur une zone « bien au-delà du rayon de 20 km »125, estimant que les débits doses sont dépassés à bien plus de 100 km de la centrale si on considère une exposition de quelques semaines. L'association estime inutilisables les chiffres fournis pour établir les débits de doses reçus réellement. La contamination est externe via la peau et les cheveux, interne par inhalation de l'air et par ingestion. Les rayonnements de gaz radioactifs sont transportés par les vents « bien au-delà de la ville de Sendaï » et « bien au-delà de Tokyo ».
Le 6 avril, l'UCS affirme, lors d'une allocution devant le Sénat des États-Unis, que l'Institut Central Autrichien de Météorologie et de Géodynamique estime qu'environ 80 % de l'équivalent en Césium 137 à longue vie relâché après l'accident de Tchernobyl, l'a été sur le site de Fukushima au cours de la première semaine suivant l'accident. Cela représente le dixième du Césium 137 contenu dans les cœurs des trois réacteurs endommagés. Dans sa conclusion, l'UCS affirme que des niveaux de contamination suffisamment importants pour mériter préoccupation ont été mesurés bien en delà de la zone des vingt kilomètres fixée par le Japon ; en outre, les habitants de ces zones reçoivent en une semaine la dose limite annuelle de radiation recommandée par la Commission Internationale de Protection Radiologique11.
Stocks d'eau radioactive[modifier]
En un mois, environ 60 000 m3 d'eau très radioactive issue du refroidissement des réacteurs ont été récupérés et la place manque pour les stocker, en attente de pouvoir les traiter. Certains craignent que l'iode ou le tritium de cette eau ne contamine l'environnement en cas de stockage en plein air126. Les médias évoquaient dès le 7 avril le recours possible à un tankers ou à une plate forme russe de traitement des radiations nommée Suzuran (construite au Japon à la fin des années 1990) pour démanteler les sous-marins nucléaires stockés à Vladivostok126.
Contamination radioactive de l'atmosphère[modifier]
Les zones affectées dépendent de l'intensité des émissions radioactives, de la force et de la direction des vents, ainsi que de la nature et de l'activité (exprimée en Bq/m³) des éléments radioactifs. Les mesures effectuées par le Tokyo Metropolitan Industrial Technology Research Institute sur les poussières atmosphériques prélevées à Tokyo ont montré la présence d'iode 131, iode 132, césium 134 et césium 137. Or le seul radionucléide auparavant présent dans l’atmosphère était le césium 137, en raison de la catastrophe de Tchernobyl et des essais nucléaires militaires127.
Alors que les niveaux ont tendance à décroître, lundi 21 mars, de 8 h et 10 h, heure locale, on relève à Tokyo des niveaux de contamination de l'air en iode 131 (15,6 Bq/m3) et en césium 137 (6,6 Bq/m3) supérieurs à ceux relevés mercredi 16 mars à 18 h. Mais le pic de contamination le plus élevé a été relevé dans la journée du mardi 15 mars : 241 Bq/m3 pour l'iode 131, 64 Bq/m3 pour le césium 134128.
Dans la journée du 21 mars, des vents faibles d'orientation Sud-Ouest dirigeaient les émissions radioactives de la région de Fukushima sur le secteur de Tokyo, Kanagawa et Chiba, via le littoral129. Les retombées radioactives issues des émanations à l'international sont estimées à des niveaux très faibles (sans aucun danger) au survol des États-Unis et de l'Europe (atteinte à partir du 24 mars)130.
La directrice scientifique de la CRIIRAD, organisme indépendant, estime pourtant que « les résultats communiqués par l’IRSN sous-évaluent très probablement le niveau réel de cette contamination » pour la France131. En effet selon elle, les techniques de détection employées par l'IRSN « ne permettent pas de détecter l’iode gazeux », qui représenterait « une part importante de l’iode radioactif présent dans les masses d’air contaminées par les rejets de la centrale de Fukushima ».
Le 29 mars à 20h, l'IRSN publie une synthèse de mesures de radioactivité en France qui montre une persistance des radionucléides issus de Fukushima et une augmentation de la présence d'Iode-131 manifestement liée aux précipitations132. Les niveaux les plus élevés sont relevés au Vésinet, à 19 km de Paris : au 27 mars, on y détecte de l'Iode-131 sous forme gazeuse à un niveau de concentration de 0,51 mBq/m3, de l'Iode-131 dans l'eau de pluie à 1,73 Bq/L, ainsi que dans des échantillons de végétaux à 2,17 Bq/kg (légumes verts à larges feuilles), à raison d'un dépôt au sol de 4 Bq/m3. Ces niveaux ne présentent pas de danger sanitaire. Le Césium-137 n'a pas encore été détecté ; par contre des traces de césium 134 ont été relevées le 26 mars par l’Institut Laue-Langevin de Grenoble sur un filtre aérosol (0,05 mBq/m3). Cependant, la CRIIRAD estime que les analyses sur filtres à aérosols minimisent l'activité radioactive réelle de l'air, et avertit que les niveaux vont rapidement augmenter dans les légumes à large surface de captage, de type salades, épinards... D'après un communiqué133, les retombées d'Iode-131 en quantité cumulée pendant deux semaines « pourraient atteindre plusieurs centaines de Bq/m² (de sol), voire quelques milliers de Bq/m² en cas de conditions météorologiques très défavorables ou d’augmentation plus importante que prévue de l’activité de l’air ». Disposant d'analyses de l'iode-131 à la fois sous forme particulaire et sous forme gazeuse, l'association observe que l'iode gazeux est 3 à 14 fois plus concentré avec, pour les États-Unis, des niveaux maximaux atteints en Californie et en Alaska dans la période du 20 au 22 mars.
Selon les analyses produites par TEPCO de la radioactivité de l'air et des poussières en suspension, on observe une tendance à la diminution régulière de la radioactivité de ces aérosols pour la période du 6 au 28 avril 2011134. Cependant, des traces d'iode 131 sont toujours détectées dans plusieurs préfectures japonaises aux mois de novembre135 et de décembre 2011136. La présence de cet isotope radioactif issue de la fission de l'uranium pourrait indiquer que des épisodes de criticité ont toujours lieu au sein des coriums de la centrale de Fukushima Daiichi, car l'iode 131 se désintègre très rapidement (demi-vie d'un peu plus de 8 jours)137.
Contamination radioactive du sous-sol[modifier]
Le 28 mars 2011, la commission japonaise de sûreté nucléaire a demandé à TEPCO d'effectuer des mesures de radioactivité de l'eau accumulée dans les caves des bâtiments des turbines, mais aussi d'effectuer des sondages dans le sous-sol à proximité des bâtiments, afin de pouvoir détecter une éventuelle contamination souterraine d'eaux de nappe. TEPCO a mis en place (à partir du 5 avril 2011), parallèlement aux mesures de contamination marine, un suivi des eaux souterraines (trois radionucléides dosés trois fois par semaine), conformément aux instructions de la NISA (du 14 avril 2011)138
Les prélèvements faits en avril 2011 dans le sous-sol près des six bâtiments des turbines contenaient tous de l'Iode 131, du césium 134 et du césium 137139, avec une tendance à la hausse pour le césium140 et un plateau après une hausse jusqu'à 1.0E+03 Bq/cm³ (le 13 avril) pour l'iode140.
Contamination radioactive de l'océan[modifier]
Une partie de l'eau utilisée pour refroidir les réacteurs est rejetée dans la mer141, ce qui suscite des inquiétudes quant aux conséquences sanitaires.
Le 21 mars, des niveaux anormalement élevés de substances radioactives ont été détectés dans l’eau de mer près de la centrale de Fukushima, selon l’exploitant Tepco les taux d’iode 131 et de césium 134 étaient respectivement 126,7 fois et 24,8 fois plus élevés que les normes fixées par Tokyo. De plus, le taux de césium 137 était également 16,5 fois plus élevé que la normale. Selon Naoki Tsunoda (responsable de Tepco), ces niveaux de radioactivité ne menacent pas la santé humaine142, mais pourraient affecter les milieux et la vie sous-marine. Le 22 mars 2011, la compagnie Tokyo Electric Power annonce que des prélèvements d’eau de mer, réalisés à 100 m de la berge, au large de la centrale de Fukushima Daiichi, révèlent que le taux de iode 131 est 126,7 fois supérieurs aux normes fixées (à 0,04 Bq/cm³) par le gouvernement japonais143,144.
Des relevés sur l'eau de mer au large de la centrale de Fukushima Daiichi sont annoncés par TEPCO le mardi 22 mars : l'iode 131 est d'un niveau 126,7 fois plus élevé que la norme et le césium 134 affiche 24,8 fois le niveau normal145. Des tests en mer sont menés le 23 mars en huit points différents à 30 km des côtes par le Ministère de la Science. Les pêcheurs ne pourront pas reprendre leur activité avec des niveaux excessifs de radioactivité dans les produits de la mer. Mercredi 23 mars, à 100 m en mer au large de Fukushima, des prélèvements d’eau de mer révèlent des niveaux en iode 131 de l’ordre 4 Bq/cm³ (100 fois supérieurs à la norme japonaise)146.
Le 26 mars 2011 vers midi, l'Agence japonaise de sûreté nucléaire publie le taux d'iode 131 relevé la veille par la compagnie Tokyo Electric Power en aval de l'« émissaire-sud » en mer de la centrale : 50 000 Bq/litre, soit 1 250 fois la norme légale en mer (40 Bq/litre). Le porte-parole de l'Agence précise que « si vous buvez 50 centilitres d'eau courante avec cette concentration d'iode, vous atteignez d'un coup la limite annuelle que vous pouvez absorber ; c'est un niveau relativement élevé ». La concentration de césium 137, (dont la demi-vie ou période radioactive est de 30 ans) dépassait de 80 fois la limite légale selon Le Point147 et le césium 134 la dépassait de 117 fois148. Le baryum 140 dépassait de 3,9 fois la norme.
Devant l'émissaire-nord, de l'iode 131 a aussi été trouvé à raison de 283 fois la norme, ainsi que du césium 134 (28 fois la norme), du césium 137 (18,5 fois la norme). L'iode radioactif est susceptible d'être rapidement bioconcentré par les algues et organismes marins filtreurs (coquillages tels que moules et huîtres en particulier). Le 27 mars 2011, le niveau de radioactivité relevé dans l'eau de mer à 300 mètres au large du réacteur 1 augmente encore, atteignant une valeur 1 850 fois supérieure à la normale149, soit une teneur multipliée par plus de dix en l'espace de cinq jours, et plus au large.
Une très faible augmentation de la radioactivité de l'eau prélevée le 25 mars devant les émissaires de la centrale de Fukushima Daini, était constatée hormis pour l'iode qui dépassait le seuil de 10 fois150. Un expert de l'IRSN affirme que « l'eau contaminée va être très difficile à traiter, car on ne peut pas la mettre dans des camions-citernes et tant qu'elle est là, le travail ne peut pas reprendre » et que cette eau a déjà « commencé à s'échapper »151. Le 28 mars, l'ASN relève une eau chargée en iode 131 à un niveau 1 150 fois supérieur à la norme légale, à 30 mètres des réacteurs 5 et 6, situés au nord du complexe Fukushima Daiichi152. Une eau contaminée à plus de 1 Sv/h a été trouvée « dans des puits de regard d'une tranchée souterraine débouchant à l'extérieur du bâtiment » du réacteur 2. De l'eau fortement radioactive aurait pu selon Tepco avoir ruisselé jusqu'à la mer, situé à 60 m du bâtiment. Mais le 30 mars, le même niveau à 300 m des réacteurs plus au sud atteint 3 355 fois la norme.
Le 31 mars, le taux de radioactivité de l'océan devient alarmant, croissant à grande vitesse : on mesure un taux 4 385 fois supérieur à la norme légale153 pour l'iode radioactif à 300 mètres au Sud de la centrale nucléaire Daiichi.
Le 2 avril, le ministère de la Science relève pour l'eau de mer à proximité immédiate de la centrale, 300 GBq/m3 pour l'iode-131 soit 7,5 millions de fois la norme maximale154. Le 5 avril 2011, l'opérateur TEPCO annonce mesurer 1 000 mSv/h dans l'eau de mer près du rivage, avec d'importants taux d'iode radioactifs (iode 131), alors qu'il a commencé à rejeter dans le Pacifique, pour environ cinq jours, quelque 11 500 tonnes d'eau « faiblement radioactive » (plus de 100 fois la normale) issues des réservoirs, afin de les libérer et accueillir l'eau beaucoup plus contaminée. Le 4 avril, l'IRSN publie une note d'information sur les conséquences des retombées radioactives dans le milieu marin. Alors qu'une partie des radionucléides est soluble, une autre partie de l'est pas, ce qui entraîne une fixation de la radioactivité sur les particules solides en suspension dans l'eau selon affinité et, par la suite, au niveau de la sédimentation des fonds océaniques atteints155. L'IRSN appelle à une surveillance des sédiments du littoral japonais, contaminés pour plusieurs années au ruthénium 106 (106Ru) et au césium 134 (134Cs) (voire au plutonium, dont la présence n'était toutefois pas établie au 4 avril 2011) et par conséquent à une surveillance radiologique des produits de la mer, eux aussi contaminés, en particulier au niveau des installations aquacoles du littoral Est. En effet, la concentration en radionucléides s'avère plus importante pour les espèces vivantes, en fonction de chaque espèce (par exemple, les algues stockent 10 000 fois plus), que dans l'eau de mer.
À moyen terme, tout le littoral oriental situé entre les latitudes 35°30'N et 38°30'N est concerné par la dispersion des radionucléides, davantage contenus au Nord par le courant Kuroshio. À long terme, les radionucléides à période plus longue sont appelés à gagner le centre du Pacifique et même l'Ouest du Pacifique Sud, où ils peuvent subsister pendant 10 à 20 ans maximum en prenant en compte le temps de transport ; le Sud de l'Atlantique serait épargné156.
Le 9 septembre 2011, l'Agence japonaise de l'énergie atomique a annoncé que la pollution du pacifique en mars-avril avait été sous-estimée d'un facteur 3. Ce sont 15 térabecquerels de césium 137 et d'iode 131 qui auraient ainsi pollué le Pacifique du 21 mars au 30 avril 2011157 avec une dilution dans le Pacifique qui devrait être terminée vers 2018 selon une modélisation158.
Contamination des aliments et de l'eau potable[modifier]

Dépôts radioactifs[modifier]
Cependant, dans un rayon de 30 km et au-delà, la région se retrouve contaminée par les particules radioactives transportées par les vents et retombant au sol sous l'effet de la pluie. En raison des décompressions volontaires et de fuites d'origine imprécise, les dépôts radioactifs sont importants. D'après une simulation réalisée par un laboratoire autrichien, le dimanche 20 mars se caractérise par un transport réel de la radioactivité sur Tokyo et sur Sendaï159, en raison d'un changement des masses d'air soufflant cette fois du Nord et accompagné de précipitations.
L'ASN estime que le secteur contaminé peut s'étendre au-delà de la zone des 20 km et que le gouvernement japonais devra gérer cette contamination locale pendant des dizaines et des dizaines d'années. Au vu des conditions météorologiques, la zone de contamination pourrait sans doute s'étendre jusqu'à une centaine de kilomètres, indique Jean-Claude Godet de l'ASN160.
L'iode 131 radioactif n'a qu'une demi-vie de huit jours, la contamination correspondante disparaît au bout de quelques mois. En revanche, le césium 137 a une demi-vie de trente ans : bien qu'il soit nettement moins irradiant, les contaminations qu'il entraîne restent sensibles deux ou trois siècles.
Les autorités japonaises annoncent le 23 mars qu'un prélèvement de sol à 40 km au Nord-Ouest du site montre une très forte contamination au césium 137, soit 163 000 Bq/kg, ce qui est extrêmement élevé161. Ceci démontre que la zone jaune peut s'étendre bien au-delà du rayon d'évacuation des 30 km.
Restrictions sur les denrées alimentaires[modifier]
Les normes de la radioactivité des aliments sont fixées à 500 Bq/litre pour le césium et 2 000 Bq/litre pour l'iode, à l'exception du lait et des produits laitiers : 200 Bq/litre pour le césium et 300 Bq/litre pour l'iode162.
Le samedi 19 mars 2011 au matin, on relève des taux très élevés de contamination radioactive dans un échantillon de lait issu de la préfecture de Fukushima et sur six échantillons d'épinards produits dans la préfecture d'Ibaraki163. À la suite de l'information du gouvernement de la détection de niveaux de radionucléides supérieurs à la normale dans les produits frais du secteur de Fukushima, les médias informent la population164 entre 17 h 40 et 22 h pour la mettre en garde et lui demander de faire attention avec la nourriture telle que le lait, les épinards et les légumes frais, en respectant certaines doses maximales et en lavant les légumes.
Le gouverneur de la préfecture d'Ibaraki a demandé, dès le 19 mars sur son territoire, situé entre 80 et 120 km au Sud de la centrale, l'arrêt des récoltes d'épinards et de leur livraison165. À Izumi, situé à une soixantaine de kilomètres de la centrale nucléaire, la laiterie Minami Dairy cesse complètement ses livraisons de lait166.
Les contaminations signalées restent cependant de l'ordre des limites réglementaires, qui ne présentent pas un danger immédiat pour la santé. Ainsi, dimanche 20 mars, la CRIIRAD fait état d'une contamination de 15 000 Bq/kg en iode 131 sur les épinards, soit plus de sept fois la limite de contamination (2 000 Bq/kg). Mais le 18 mars à Hitachi (préfecture d’Ibaraki), le niveau relevé atteint 54 100 Bq/kg, soit 27 fois plus que la limite japonaise officielle167. À ces niveaux de doses, il suffit de quelques repas à base d'épinards, spécialement pour les enfants et en particulier ceux en bas âge, pour dépasser la limite réglementaire de 1 mSv/an ; mais il faut une dose cent fois plus forte pour atteindre sur la santé un effet statistiquement observable168.
Lundi 21 mars, le gouvernement japonais interdit la vente de lait cru et d'épinards cultivés dans les environs de la préfecture de Fukushima169, tout en minimisant la dangerosité des niveaux de contamination. Sont interdits également certains autres légumes à feuilles vertes dont, le 22 mars, les brocolis.
À 18 h 40, un porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Peter Cordingley, estime que la découverte de traces radioactives dans des produits alimentaires samedi au Japon représente un problème « bien plus grave » que prévu, ce problème n'étant pas limité à un rayon de 20 à 30 kilomètres comme on pouvait le penser d'abord170. « On peut raisonnablement supposer que des produits contaminés sont sortis de la zone de contamination ».
Le Premier ministre japonais ordonne le 23 mars l'interdiction de consommer et de vendre des produits frais issus de quatre préfectures autour de la centrale de Fukushima, parmi lesquels les épinards, les brocolis, les choux et les choux-fleurs171. En outre, les tests sur les produits alimentaires sont étendus à dix autres préfectures autour de la centrale, dont certaines bordant Tokyo ; des relevés sur les poissons et mollusques sont annoncés.
Le 13 avril, Naoto Kan interdit le commerce des champignons shiitaké cultivés en extérieur dans l'Est de la province de Fukushima172.
Le 26 juillet, le gouvernement annonce un plan visant à racheter et brûler la viande de 3 000 bœufs soupçonnés d'avoir été alimentés avec du foin ou de la paille de riz radioactifs173. Ces mesures de deux milliards de yens (17 millions d'euros) devraient être payées par TEPCO173.
Des plants de komasuna (moutarde-épinard) récoltés à Tokyo même (Edogawa) mercredi 23 mars sont contaminés par le césium au-delà de la limite légale (890 Bq/kg au lieu de 500 Bq/kg)174.
Le 22 décembre 2011, du riz contenant 1 540 Bq/kg de césium est trouvé par un récoltant dans la municipalité de Fukushima. C'est d'après les autorités la concentration la plus élevée mesurée à ce jour dans cet aliment, bien au-dessus de la limite sanitaire de 500 Bq/kg175. Cette découverte intervient alors même que le gouvernement dévoile son plan de réduction des limites sanitaires concernant les aliments contaminés, et que la limite pour le riz doit être ramenée à 100 Bq/kg176. Quelques jours plus tard, le Ministre de l'Agriculture Michihiko Kano (de) interdit la vente du riz récolté depuis 8 districts de la Préfecture de Fukushima, ainsi que tout riz dépassant le nouveau plafond de contamination : le ministère s'engage à racheter ce riz aux agriculteurs, soit une production estimée de 4 000 tonnes, et va demander à Tepco de financer, au moins en partie, ces rachats177.
En décembre 2011, le Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales décide de mettre en place des normes de radioactivité pour le césium beaucoup plus restrictives à partir d'avril 2012 : 50 Bq/litre pour la nourriture pour bébés et le lait, 100 Bq/litre pour les autres aliments178. Ces nouvelles normes, dix à vingt fois plus strictes que les normes internationales, impliquent l'achat d'instruments de mesures plus précis par les administrations locales178.
Restrictions sur l'eau courante[modifier]
Les normes de la radioactivité de l’eau potable sont fixées à 200 Bq/litre pour le césium et 300 Bq/litre pour l'iode162. Ces limites sont cohérentes avec les recommandations et pratiques internationales en cas d'urgence nucléaire (pour une durée maximale d'un an)179. Des traces de substances radioactives sont décelées dans l'eau du robinet de Tokyo dès le samedi 19 mars 2011.
Le Ministère de la Santé invite les habitants proches du secteur à ne pas boire l'eau du robinet, contaminée par l'iode radioactif. L'eau courante de Tokyo présente aussi un faible niveau d'iode radioactif180.
Le 23 mars 2011, Le gouverneur de Tokyo, Shintaro Ishihara, recommande de ne plus utiliser l'eau du robinet pour les enfants de moins de un an à Tokyo. Selon des responsables de l'Office de l'eau de Tokyo, un taux d'iode 131 de 210 Bq par kg a été relevé sur des échantillons d'eau courante dans le centre de la ville, alors que la limite fixée par les autorités japonaises est de 100 Bq pour les bébés181. Le 28 mars, le Ministère de la Santé demande aux usines et distributeurs fournissant en eau potable le Japon tout entier de ne plus recueillir l'eau de pluie182 et de stopper le puisement des rivières à la suite d'éventuelles précipitations. Depuis le 27 mars, les réservoirs à l'air libre doivent en outre être recouverts d'une bâche.
En décembre 2011, le Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales décide de mettre en place une norme de radioactivité pour le césium beaucoup plus restrictive à partir d'avril 2012 : 10 Bq/litre, environ dix fois plus stricte que les normes internationales178.
Mesures de protection pour la population[modifier]



Carte des zones d'évacuation des centrales nucléaires Fukushima I et II (en anglais)
Sauf indication contraire, les événements sont indiqués en heure locale.
Évacuations successives de périmètres de 3, 10 et 20 km[modifier]
TEPCO ayant avisé le gouvernement d’une « urgence technique », ce dernier déclenche l'évacuation d'un premier périmètre autour de la centrale183 dans la journée du 11 mars : la population est évacuée dans un rayon de 3 km.
La zone d'évacuation est portée à 10 km le 12 mars au matin184,185. Dès 8 h 30 ce samedi186, le Premier ministre Naoto Kan demande lui-même aux 45 000 riverains de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi no 1 de s’éloigner rapidement de la centrale.
Le rayon d'évacuation est porté à 20 kilomètres le 12 mars au soir187,188. Selon l'AIEA, le 13 mars à 5 h 10, plus de 30 000 personnes ont été évacuées de leur domicile au nord du Japon dans un rayon de 10 km189,190 et environ 110 000 personnes sont évacuées dans un rayon de 20 km190,191.
Après l'évacuation du périmètre restreint, le 15 mars à 16 h192,après une nouvelle explosion et un incendie sur la tranche 1 de Fukushima, Naoto Kan, via la chaîne NHK, recommande aux habitants du secteur de Fukushima de rester chez eux, de calfeutrer les portes et les fenêtres, de couper les circuits de climatisation et de se couvrir les voies respiratoires avec des masques, des serviettes légèrement humides ou des mouchoirs ainsi que de ne pas boire l’eau du robinet193.
Le 16 mars 2011 à 22 h, l'IRSN invite entre autres les ressortissants français, à titre préventif, à s'éloigner de Tokyo en direction du Sud194. le 17 mars, Marie-Pierre Comets de l'ASN, affirme que le rayon d'évacuation pourrait être porté à un maximum de 70 kilomètres en cas d'aggravation des radiations195. Le 25 mars 2011, le gouvernement japonais incite (sans obligation) la population à évacuer la zone dans un rayon de 30 km : la zone de confinement officielle couvre donc ces 30 km. Or cette approche géométrique du risque ne correspond pas à la réalité géographique des retombées.


Localités au nord-ouest de Fukushima-Daiichi dont l'évacuation (totale ou seulement partielle) a été ordonnée le 11 avril 2011
Extension de la zone d'évacuation au-delà des 20 km[modifier]
Le 11 avril, le périmètre d'évacuation est étendu à plusieurs zones situées à plus de 20 km de la centrale196. À la suite de la parution de taux cumulés de radioactivité alarmants à Iitate, l'État japonais ordonne197 d'ajouter Iitate et d'autres municipalités situées au Nord-Ouest de la zone interdite à l'ordre d'évacuation initial. Pour établir la zone à évacuer, le gouvernement japonais retient le dépassement des 20 mSv, sachant que la limite annuelle de précaution est de 1 mSv. L'évacuation affecte cinq localités situées sur l'axe nord-ouest (fortement contaminé) de la centrale : Namie, Katsurao, Minamisōma, Iitate et Kawamata198. En raison de l'étendue de ces localités, certains quartiers, inclus dans la zone des 20 km, avaient déjà été évacués dès la mi-mars (à titre d'illustration, la distance à la centrale pour Namie varie entre ~4 km sur la côte et ~35 km au nord-ouest)199. Malgré cette mesure d'évacuation, l'IRSN déclare200 qu'en se référant à la limite des 10 mSv/an (préconisée en place des 20 mSv), il reste, au 24 mai, encore environ 70 000 personnes à évacuer200.
Le 22 avril, le premier ministre confirme l'évacuation201 de ces municipalités entre le 15 et le 31 mai202, avec une priorité pour les femmes enceintes, les enfants et les personnes faibles. Quelque 6000 personnes sur les 10000 à évacuer avaient déjà quitté les lieux. En outre, les populations de Hirono, Naraha, Kawauchi, de parties de Tamura et de Minamisoma, situées dans un rayon de 20 à 30 km de la centrale, sont appelées à se tenir prêtes à évacuer. Fin mars, le gouvernement conseillait déjà aux habitants, sans obligation, de rester cloîtrés chez eux ou de partir. Le NISA conseille depuis avril à tous ceux vivant dans des zones soumises à des taux cumulés de 10 à 20 mSv de rester confinés ou de fuir. À partir du 22 avril, la zone d'évacuation de 20 km est déclarée zone interdite203. Jusqu'à cette date, les habitants avaient encore l'autorisation de retourner occasionnellement dans ces zones, ce qui permettait notamment aux agriculteurs de s'occuper de leur bétail. Retourner est désormais interdit, sous peine d'amende. Les familles évacuées sont ponctuellement autorisées à retourner chercher leurs affaires mais dans des conditions très strictes : une personne par famille pendant deux heures au maximum et sous la surveillance d'un policier. Ce droit ne s'applique pas aux familles vivant à moins de 3 km de la centrale. Préalablement à l'instauration de cette interdiction, la police a inspecté la zone et a fait évacuer soixante familles qui y vivaient encore204. Le 24 avril, le gouvernement décide d'évacuer d'ici fin mai les populations des secteurs Nord-Ouest les plus touchés par les retombées radioactives, au-delà de la zone interdite et de la zone de confinement ; cette évacuation touche principalement la petite ville d'Iitate, située à 40 km de la centrale205.
Une étude du ministère de l’éducation faite en juin et juillet dans un rayon de 100 km autour de la centrale a démontré que plus de 30 emplacements étaient contaminés au césium à un niveau supérieur à 1,48 million de becquerels par mètre carré, seuil à partir duquel habiter la zone n'était plus permis à Tchernobyl. De plus, 132 emplacements supplémentaires étaient contaminés au césium à plus de 550 000 becquerels par mètre carré, le seuil d'évacuation volontaire et d'interdiction agricole pour Tchernobyl. Toutefois, les autorités affirment que ce rapport n'apporte pas d'éléments nouveaux concernant les zones à évacuer, et que les zones devant être évacuées l'ont été206.
Décontamination[modifier]
Le 30 septembre, les trois réacteurs se rapprochent de l'arrêt froid, envisagé pour la fin 2011207,208. En conséquence, le gouvernement lève l'ordre d'évacuation sur 5 localités situées entre 20 et 30 km209. Parallèlement, la zone de contamination n'étant pas circulaire, deux villes et un village situés au-delà de la zone des 30 km sont classées en zone d'évacuation à fin décembre 2011210. Par ailleurs, les résidents auront l'autorisation de se rendre dans la zone interdite, jusqu'à trois kilomètres de la centrale, mais pas encore d'y séjourner211.
À plus long terme, le METI planifie des mesures de décontamination qui permettrait de diminuer l'exposition additionnelle des résidents sous la limite réglementaire de un millisievert par an (à comparer aux 2,4 mSv/an que la population mondiale reçoit en moyenne des sources naturelles)211. L’efficacité des méthodes mises en œuvre ou proposées pour un objectif de réduction de la contamination de 50 à 60 % en deux ans (alors que 40 % des radiations devraient décroître naturellement) est cependant mise en doute par certains experts212, relayés par le Japan Times213, qui critiquent un objectif de réduction correspondant à la demi-vie du césium 134.
Ils estiment que dans les points chauds tels que Setagaya, il faudrait entièrement décaper et exporter la couche de terre contaminée, et changer les toitures. Le nettoyage au karcher du césium radioactif ne peut pas complètement décontaminer les zones de corrosion métallique, les peintures écaillées ou les fissures dans certains matériaux absorbants213. De plus, une partie du césium nettoyé repart dans l'air (aérosol) ou contamine le sol ou les égouts. Il faudrait aussi enlever et remplacer le macadam des routes, trottoirs, etc. pour réellement abaisser le niveau de rayonnement, ce qui implique la création d'énormes sites de stockage de terre contaminée213. Enfin, il faudrait dans les zones touchées diminuer le niveau de radioactivité de 90 % et non pas de 10 à 20 %214 comme le permettent les méthodes utilisées, car faire vivre les gens dans des zones de rayonnement à niveau faible mais constant est politiquement inacceptable213. Même si l'effet linéaire sans seuil n'a jamais été prouvé en dessous de 100msV en exposition rapide, il reste la référence en termes de gestion de la radioprotection. Tanaka, ancien président de l'Atomic Energy Society of Japan215, l'une des principales organisations japonaises relative à l'énergie nucléaire, académique, compétente pour toutes les formes de l'énergie nucléaire, éditrice du Journal (universitaire) des Sciences et Techniques Nucléaires qui publie en anglais et en japonais. en novembre 2011 reproche également au gouvernement de ne pas encore avoir de plan pour décontaminer les zones interdites (où le rayonnement dépasse 20 millisieverts/an et où il n'y a pas encore de calendrier prévu pour le retour des habitants)213.
L'exposition maximale réglementaire des travailleurs intervenant à la décontamination est de 20 mSv/an, la même que celle des travailleurs de l'industrie nucléaire216. Le premier ministre japonais a estimé qu'il faudrait « trois, cinq, voire dix ans pour parvenir à en reprendre le contrôle, et même plusieurs décennies pour remédier aux conséquences de l'accident »217.
Autres mesures[modifier]
Distribution d'iode stable : l’AIEA signale, dans un communiqué publié le 12 mars 2011 à 12 h 40 UTC, que les autorités japonaises l'ont informée de l’incident et que la distribution de capsules d’iode aux résidents en vue de prévenir des cancers de la thyroïde est en cours218. Des préparatifs de distribution d’iode stable aux populations sont annoncés191, à la suite de la confirmation de la présence de césium 137 et d’iode 131 radioactifs aux alentours du réacteur 1190. Le 16 mars, une directive pour l'administration d'iode stable durant l'évacuation est édictée par le « Local Emergency Response Headquarter » pour les personnes de la zone d'évacuation de 20 km (de rayon), sous l'autorité des gouverneurs de préfecture et les maires des villes et villages concernés (Tomioka, Hutaba, Okuma, Namie, Kawauchi, Naraha, Minamisouma, Tamura, Kazurao, Hirono, Iwaki et Iidate).
Le trafic aérien est restreint dans un rayon de 20 km autour de la centrale, selon une NOTAM219.
Selon la BBC et NHK, le 12 mars à 13 h 49 GMT, par mesure de précaution, une équipe de l’Institut national des sciences radiologiques est envoyée à Fukushima par hélicoptère vers une base située à 5 km de la centrale nucléaire. Elle est composée de médecins, infirmières et experts en radioprotection189.
Une décontamination est d'abord opérée sur les individus sur lesquels on relève une dose radioactive supérieure ou égale à 6 000 coups par minute (cpm). Sur les conseils d'experts nucléaires japonais et de l'AIEA, le seuil à partir duquel est opérée une décontamination est relevé lundi 21 mars, passant de 6 000 cpm à 100 000 cpm220.
Évacuation des ressortissants étrangers : dès le 16 mars, de nombreuses ambassades (européennes, des États-Unis, de Russie) conseillent et organisent l'évacuation de leurs ressortissants, accentuant la crainte de voir éclater une panique, alors que le pays n'offre aucun plan d'évacuation pour les Japonais de Tokyo221.
Le 30 mars 2011, des japonais désemparés se réfugient à l'intérieur des bâtiments de la centrale d'Onagawa222.
En Europe[modifier]
Des messages électroniques échangés au sein du gouvernement britannique rendus publics début juillet montrent sa volonté délibérée de minimiser l'impact de Fukushima dans l'opinion, avec l'aide d'EDF Energy, d'AREVA et de Westinghouse alors qu'il se prépare à signer un accord portant sur la construction de huit nouvelles centrales nucléaires223. Andy Myles demande la démission de Chris Huhne, alors secrétaire du Département de l'Énergie et du Changement climatique224.
Notes et références[modifier]

Notes[modifier]
↑ Un débit de dose de 1 mSv/h permet réglementairement la présence d’opérateurs mais pour des durées strictement contrôlées (de l’ordre de l’heure) : les effets sur la santé de ces débits de doses ne sont pas statistiquement connus, mais la limite annuelle d’exposition du public acceptée par la norme internationale, qui est de un millisievert par an, est atteinte en une heure d’exposition. La limite annuelle d’exposition pour les travailleurs est quant à elle de 20 millisieverts par an dans les réglementations internationales.

lundi 3 décembre 2012

accelerate the removal of spent fuel rods

Tokyo Electric Power Company and the Japanese government have decided to accelerate the removal of spent fuel rods from one of the reactor buildings at the crippled Fukushima Daiichi nuclear power plant.TEPCO and government officials on Monday reviewed their medium- and long-term plan aimed at eventually decommissioning all the reactors at the plant, which was damaged by the March 11th earthquake and tsunami last year.They agreed to complete the removal of the fuel rods from a storage pool at the No. 4 reactor building by December of 2014, a year earlier than initially scheduled. They say this is possible because of improved procedures.To achieve this goal, work to remove the fuel rods will start in November of next year, a month earlier than initially planned.The officials regard the removal of the fuel rods from the No. 4 reactor building as the first important step toward decommissioning the facility.In Monday's meeting, officials reported a 3-month delay in installing new equipment for removing various kinds of radioactive contaminants from the water used to cool the damaged reactors.

Dec. 3, 2012 - Updated 11:35

mercredi 24 octobre 2012

Les mesures de radiation effectuées par les autorités japonaises dans la région autour de la centrale nucléaire de Fukushima ne sont pas fiables

Les mesures de radiation effectuées par les autorités japonaises dans la région autour de la centrale nucléaire de Fukushima ne sont pas fiables, a affirmé Greenpeace mardi à Tokyo. Selon l'organisation, les populations seraient exposées à 13 fois la limite autorisée.
"Nous avons découvert que les appareils de mesure installés par le gouvernement sous-évaluaient systématiquement les niveaux de radiations". C'est ce qu'a déclaré mardi à Tokyo Rianne Teule, experte en radiation de Greenpeace. Selon elle, ces instruments sont protégés des radiations par les structures métalliques ou de béton environnantes, ce qui fausse les mesures. "Ces appareils ont été placés dans des zones décontaminées. Cependant nos propres mesures montrent qu'à peine un peu plus loin les niveaux remontaient de façon significative", a-t-elle poursuivi. 
Des niveaux de radiation supérieurs à 3 microsieverts par heure ont ainsi été relevés dans des parcs et des écoles de la ville de Fukushima, alors que la limite a été fixée à 0,23. La ville de Fukushima, capitale de la préfecture du même nom, est située à une cinquantaine de kilomètres de la centrale nucléaire accidentée, Fukushima Daiichi.

"Faux espoirs donnés aux victimes du désastre"

Rianne Teule a également affirmé que les travaux de décontamination "ont été sérieusement retardés et de nombreux endroits très irradiés signalés régulièrement par Greenpeace existent toujours". Lors de tests effectués la semaine dernière pendant quatre jours, Greenpeace a ajouté avoir mesuré des taux au-dessus de la norme légale dans le village d'Iitate où le gouvernement espère renvoyer bientôt les habitants évacués après la catastrophe. "Il est peu probable que cette zone montagneuse et très forestière redevienne sûre avant quelques années", a estimé Kazue Suzuki, de Greenpeace Japon. "Le gouvernement donne de faux espoirs aux victimes du désastre", a-t-elle ajouté.
Consécutif à un séisme de magnitude 9 et à un tsunami géant, l'accident de Fukushima, le pire depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, avait provoqué d'importantes émissions radioactives dans l'air, les eaux et les sols de la région de la centrale, située à 220 km au nord-est de Tokyo. Une centaine de milliers de personnes avaient dû quitter leur domicile.

mardi 2 octobre 2012

long-term study of radioactive fallout on Fukushima forests

A Japanese nuclear research agency will conduct a long-term study of radioactive fallout on Fukushima forests to see how the contamination affects human habitats.The government-affiliated Japan Atomic Energy Agency plans to begin the study later in October. It will cover forests within 20 kilometers of the crippled Fukushima Daiichi nuclear plant. Most of the area has been designated as a no-entry zone.The study will also monitor rivers that collect underground spring-water from the area.Researchers will measure the levels of radioactive cesium and other substances in soil and water for around 20 years.They hope the long-term monitoring will enable them to predict how the contaminants are carried out of the forests by water and wind, and how they affect human habitats and the sea.

Oct. 2, 2012 - Updated 03:42

dimanche 30 septembre 2012

Carte des zones d’accès restreints dans la préfecture de Fukushima

Carte des zones d’accès restreints dans la préfecture de Fukushima

Autour de la centrale nucléaire de Fukushima-1 (un site isolé sur le littoral de la préfecture de Fukushima) sont définies une zone interdite et des zones d’accès restreint.
Les consignes données par les autorités japonaises évoluent en fonction de l’actualisation de la cartographie des zones contaminées et des mesures de décontamination. Il convient à l’heure actuelle de se référer à la carte ci-dessous (source : METI) qui peut être lue comme suit :

Le dispositif initial : l’arc de cercle de couleur verte représente la zone initiale d’exclusion des 20 kms ; les autres zones représentent la "plume" de contamination qui a été également évacuée après le sinistre ;
Le dispositif actuel : les zones en rouge et rose sont balisées et interdites d’accès ; les zones en vert, jaune, et orange clair, sont accessibles pour une visite courte (il est recommandé d’éviter les zones boisées et d’y ramasser des produits).
Dans tous les cas, il convient de respecter scrupuleusement les consignes données par les autorités japonaises. Dans les zones d’accès restreint, il est recommandé de se référer localement à la mairie concernée.
Carte des zones d’accès restreints dans la préfecture de Fukushima (PDF)
http://www.ambafrance-jp.org/IMG/pdf/Carte_31_juillet.pdf

Service de Communication et d’Information (28 septembre)

mardi 11 septembre 2012

Marine experts are calling for detailed research of radioactivecontamination of marine resources

video
Eighteen months after the nuclear accident in Fukushima, fishermen working mainly in Pacific coastal areas of northeastern Japan are catching more fish and shellfish off Fukushima Prefecture on a trial basis.Marine experts are calling for detailed research of radioactive contamination of marine resources.Following last year's nuclear accident in Fukushima, a fishing ban was imposed for safety reasons. But in June, commercial fishing restarted on an experimental basis off Fukushima for only of one type of shellfish and 2 kinds of octopuses.On Monday, almost 18months after the nuclear accident, fishery cooperatives in the Tohoku region, as well as Ibaraki Prefecture, began fishing 10 types of marine resources, including crabs and squids.They intend to take the products to market if sample tests show no radioactive contamination.High levels of radiation have recently been detected in some fish types. A cod landed at a port in Aomori Prefecture in early August was found to be exposed to 132.7 becquerels of radioactive cesium per kilogram. That was 1.3 times the government safety limit.Radiation 380 times the limit was detected in a rock-trout caught off Fukushima in early August. A black sea bream caught off Miyagi Prefecture, in July was 33 times over the limit.The rock-trout and black sea bream had the highest levels of contamination for each of the fish species.Radioactive cesium is hardly detected in seawater.Experts say the levels may be concentrated in the particular kind of fish that eat sandworms.This suggests that cesium accumulated on the seabed is now being taken up by such fish.They say the contaminated cod found in Aomori is likely to have accumulated cesium off Fukushima, as the fish species travels in wide areas of the sea.Professor Takashi Ishimaru at Tokyo University of Marine Science and Technology says radioactive levels in creatures that serve as prey may be high in some spots of the Pacific, due to the inflow of river water or sea currents.He says the cause of contamination should be closely studied according to the fish species to understand how the contamination has spread.

Sep. 11, 2012 - Updated 05:12

Japan's central and local governments are still struggling to clean upradioactive contamination

Japan's central and local governments are still struggling to clean up radioactive contamination from the Fukushima nuclear accident.The central government is responsible for the cleanup in 11 municipalities inside Fukushima prefecture. It is subsidizing decontamination in 104 municipalities outside the zone.But the government has taken time to classify the zone according to levels of contamination, so the cleanup has been slow to start. Only Tamura City in the area has begun the process.In the meantime, some municipal governments have begun preliminary surveys.They have found roofs and walls in many houses badly damaged from the March 11th earthquake and aftershocks. That means high-pressure water sprays cannot be used in the decontamination.Some residents are demanding that their houses be repaired first. But the central government has said no, slowing down the radioactive cleanup.The decontamination plan has been completed in 70 percent of the 104 municipalities outside the evacuation zone. But 25 areas have yet to begin.

video
Sep. 10, 2012 - Updated 19:07

One and a half years have passed since the accident at the Fukushima

One and a half years have passed since the accident at the Fukushima Daiichi nuclear power plant. Tokyo Electric Power Company has many problems to overcome before achieving its promise to decommission the crippled plant in about 40 years.TEPCO has been testing the spent fuel rods in the No.4 reactor pool over the past 2 months. The building structure at the No.4 reactor became fragile after the explosion and possibly unsustainable to more earthquakes in the future.TEPCO is preparing to remove the rods from the pool in December next year. But the debris scattered in the pool could hamper workers from taking them out.The operator also faces difficulty in handling the melted fuel in the No. 1 to No. 3 reactors.It hopes to fill water in the containment vessels to cool down the fuel and is now using endoscopes and robots to find cracks and holes in the vessels. But high-levels of radiation are disrupting these operations.TEPCO also wonders if it can secure enough workers for the next 5 years. It said it will see a shortage of workers unless it finds ways for them to avoid exposure to radiation.But the utility said apart from a few places in the plant, most areas now register radiation levels below 3 millisieverts per hour, compared with 100 millisieverts per hour soon after the accident.

Sep. 10, 2012 - Updated 20:44

video

samedi 8 septembre 2012

Fukushima : Faut-il craindre une catastrophe à la piscine du réacteur4 ?

Fukushima : Faut-il craindre une catastrophe à la piscine du réacteur 4 ?
Le Monde.fr | 08.09.2012 à 11h43 • Mis à jour le 08.09.2012 à 14h27

Par Audrey Garric



"Désastre planétaire en puissance", "incendie radiologique catastrophique", "radioactivité équivalente à 5 000 fois la bombe nucléaire d'Hiroshima". Depuis quelques mois, les médias agitent le spectre d'une nouvelle catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi au Japon, qui s'avèrerait bien pire que celle du 11 mars 2011. En cause : la piscine du réacteur 4, dans laquelle sont entreposées 1 535 barres de combustibles, soit 264 tonnes de matières fissiles hautement radioactives.

Depuis un an et demi, ce cube en béton de onze mètres de profondeur repose en effet à trente mètres du sol, sur une structure gravement endommagée et fragilisée par une explosion d'hydrogène survenue quatre jours après le séisme et le tsunami qui ont ravagé le site. Sous sept mètres d'eau, les barres de combustibles, déchargées du cœur du réacteur à la fin 2010 pour maintenance, doivent être constamment refroidies afin d'éviter leur fusion et donc la libération d'immenses quantités d'éléments radioactifs.
"Les risques d'une telle situation sont incommensurables. Si, à la suite d'un typhon (dont la saison commence fin août) ou d'un nouveau tremblement de terre, la piscine venait à se vider ou à s'écrouler, la catastrophe qui en résulterait serait probablement sans précédent dans l'histoire de l'humanité", s'alarme le Nouvel Observateur dans une enquête publiée le 23 août.

"La piscine du réacteur 4 (...) menace l'humanité d'une catastrophe pire encore que celle de Tchernobyl", renchérit Jean-Jacques Delfour, enseignant de culture générale à l'université Toulouse 1 dans une tribune au Monde.fr mise en ligne vendredi 7 septembre.

Lire le point de vue : La dangereuse imposture nucléaire

UN COMBUSTIBLE MOINS RADIOACTIF

Pourquoi ce regain d'inquiétude, 18 mois après la catastrophe nucléaire ? Le risque de voir la radioactivité de ces combustibles se répandre dans l'environnement a-t-il augmenté ? "Cette question a toujours été un point sensible, régulièrement soulevé. Mais il n'y a eu aucun nouvel événement qui aggraverait la situation, assure Thierry Charles, directeur de la sûreté à l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Au contraire même, sans être encore soldé, l'état de la piscine s'améliore."

Si le risque a diminué, c'est que la nature du combustible, qui avait atteint un pic de chaleur et de radioactivité au moment de l'accident nucléaire, a évolué depuis : parmi les radioéléments les plus dangereux qu'il contient, l'iode 131, dont la demi-période – c'est-à-dire la durée qu'il lui faut pour voir sa radioactivité décroître de moitié – est de 8 jours, a presque totalement disparu. Reste essentiellement du césium 137, dont la demi-période est de 30 ans, mais dont l'activité est beaucoup plus faible. Le combustible a par ailleurs considérablement refroidi, sa puissance thermique décroissant naturellement, à raison d'un facteur dix par an.

Le bâtiment comportant la piscine a en outre été renforcé. "Tepco a consolidé le radier, la base de la structure, en installant des poteaux métalliques remplis de béton, assure Thierry Charles. Selon les calculs de résistance effectués par les ingénieurs japonais, il faudrait maintenant un séisme extrêmement puissant pour la dégrader et entraîner la mise à l'air libre des combustibles."


DAVANTAGE DE TEMPS D'INTERVENTION

Reste qu'une nouvelle catastrophe naturelle extrême n'est pas impossible. Dans le pire des scénarios, qui verrait les combustibles ne plus être refroidis, "la température augmenterait considérablement dans la piscine, entraînant la fonte des gaines de zirconium. Le métal fondu, en réagissant avec l'eau, donnerait de l'hydrogène qui, au contact de l'oxygène de l'air, pourrait provoquer une forte explosion", prévient Jean-Louis Basdevant, physicien et auteur de "Maîtriser le nucléaire : que sait-on et que peut-on faire après Fukushima ?". "Les radioéléments se répandraient alors dans l'atmosphère sous la forme d'un nuage, dans des quantités dix fois supérieures à celles de Tchernobyl. Dans le même temps, les combustibles en fusion, formant un magma radioactif, pourraient traverser la cuve du réacteur et polluer les sols et nappes phréatiques à des centaines de kilomètres à la ronde", poursuit l'expert.

Mais cette hypothèse des plus extrêmes impliquerait que les ouvriers de la centrale ne puissent plus accéder au site ni agir d'une quelconque façon, en raison d'une radioactivité trop importante. "C'est très peu probable, même si ce n'est pas impossible. En réalité, il y aurait davantage de probabilités que les ouvriers puissent intervenir dans la centrale, comme ce fut le cas en mars 2011, estime Thierry Charles. Mais contrairement à l'an dernier, où la température de l'eau pouvait augmenter d'un degré par seconde, en raison de la forte puissance thermique des combustibles, il faudrait aujourd'hui plusieurs jours pour que l'eau commence à bouillir. Cela laisserait un peu de temps aux équipes pour remettre de l'eau dans la piscine ou arroser les combustibles par des moyens de fortune. La fusion des combustibles reste donc très peu probable."

DÉCHARGEMENT DES COMBUSTIBLES

Afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse survenir, les équipes japonaises travaillent au déchargement des combustibles de la piscine. Entre septembre 2011 et juillet 2012, le toit du bâtiment a tout d'abord été nettoyé de ses débris – un amoncellement de poutres, poteaux et tuyaux – permettant une intervention au-dessus du bassin. "A cette époque, la piscine a été protégée par une tôle pour éviter que des morceaux ne tombent à l'intérieur", explique Thierry Charles.


"La simple bâche de plastique blanche", dont parlait le Nouvel Observateur pour dénoncer la vulnérabilité de l'installation japonaise était ainsi en réalité une erreur. Sur la photo publiée par le magazine, le rond blanc entoure en effet un trou dans le bâtiment, alors que la piscine, intègre, elle, se situe sur la droite, couverte par une tôle métallique.

"Les Japonais sont maintenant en train de construire une super-structure, qui sera disposée au-dessus de la piscine et permettra de décharger les combustibles à l'aide d'un emballage de transport évitant tout débit de dose pénalisant, explique Thierry Charles. Ils seront entreposés dans une autre piscine, au sol cette fois-ci en attendant de trouver un centre de stockage." L'évacuation des 1 535 barres devrait débuter avant la fin 2013 et durer un à deux ans, selon les prévisions de Tepco. Tout l'enjeu réside donc dans le respect de ce calendrier.

vendredi 7 septembre 2012

mesures prises à la centrale pour faire face aux risques

Une commission américaine chargée d'enquêter sur l'accident nucléaire de Fukushima au Japon s'interroge sur les mesures prises à la centrale pour faire face aux risques.

L'Académie nationale américaine des sciences a créé cette commission en juillet. Les responsables de l'opérateur de la centrale, la Compagnie d'électricité de Tokyo, Tepco, ont été auditionnés jeudi.

Ils ont déclaré que le tsunami du 11 mars 2011 avait été plus important qu'estimé. La conception de la centrale ne permettait pas d'y résister. Les responsables ont également admis que les travailleurs sur le site n'avaient pas été informés de l'incapacité du système de refroidissement de secours à jouer son rôle après la perte de l'alimentation électrique.

Un membre de la commission a demandé pourquoi il n'y avait pas d'experts basés à la centrale, susceptibles de donner des conseils sur le système de refroidissement de secours au moment de l'accident.

Le représentant d'une organisation professionnelle américaine d'opérateurs de centrales nucléaires a critiqué les normes japonaises de sûreté. Les membres de la commission ont jugé vital de se préparer à toute éventualité. Pour eux, le Japon n'a pas intégré ce concept.

Les Etats-Unis ont mis en place de nouvelles mesures à leurs centrales nucléaires après les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Chaque centrale doit désormais avoir un manuel de gestion des risques et des systèmes d'alimentation de secours supplémentaires.


jeudi 6 septembre 2012

footage of intense exchanges held in the wake of the Fukushima nuclear accident

Tokyo Electric Power Company has decided to disclose more footage of intense exchanges held in the wake of the Fukushima nuclear accident.The operator of the crippled nuclear power plant released footage last month of teleconferences between its Tokyo head office and the plant during 5 days from March 11th last year.But it has since come under heavy criticism for limiting the disclosure to 150 hours covering the first 5 days and banning media outlets from making copies of the footage.TEPCO now says it will release more video covering a one-month period through April 11th.During this time, trouble in securing water to cool spent-fuel pools reignited fears of possible massive nuclear fallout. An unannounced release of low-level radioactive water into the ocean also drew criticism from Japan's neighbors.Despite calls for full disclosure, TEPCO plans to partially edit the footage as it did before, citing the need to protect employees' privacy.

Sep. 6, 2012 - Updated 07:17