vendredi 29 avril 2011

Tepco expérimentations sur le refroidissement des réacteurs et suivre en direct la nhk


video

Comment suivre en direct la nhk

solution utilisable avec le lecteur vlc

video

exemple météo du 2 mai 2011 (exemple sans le son mais disponible)

Adresse permettant de regarder en hd avec votre navigateur et le plugin de adobe flash player

Tepco va ériger une digue avec des sacs de sable le long de la côte

Alors que les secousses secondaires se poursuivent après le séisme du 11 mars, l'opérateur de la centrale nucléaire endommagée Fukushima Dai-ichi a entrepris d'ériger une digue avec des sacs de sable le long de la côte afin de se protéger temporairement des effets d'un nouveau tsunami.


La Compagnie d'électricité de Tokyo, Tepco, a déplacé les générateurs de courant de secours dans une zone surélevée afin d'éviter que les systèmes de refroidissement des réacteurs ne retombent en panne en cas de nouveau tsunami touchant la centrale.

Tepco a décidé d'ériger sur une hauteur de plusieurs mètres un mur de sacs de sable le long de la côte jouxtant la centrale.


La priorité sera accordée à la zone proche des installations de retraitement des déchets, car c'est là que des réserves d'eau hautement radioactives sont rassemblées après avoir été collectées dans les bâtiments entourant les réacteurs. C'est également là que débuteront à partir du mois de juin les opérations de traitement de l'eau contaminée.


Tepco craint qu'en cas de nouveau tsunami, les réserves d'eau hautement radioactives s'écoulent dans l'océan et endommagent les installations de retraitement.
Sources NHK radio Japon

jeudi 28 avril 2011

Le gouvernement japonais veillera à ce que les pêcheurs reçoivent des dédommagements

Le gouvernement japonais veillera à ce que les pêcheurs reçoivent des dédommagements appropriés aux dégâts subis par l'évacuation d'eau faiblement radioactive dans l'océan Pacifique au large de la centrale de Fukushima.

C'est ce que le premier ministre Naoto Kan a déclaré lors d'un entretien avec des représentants de la fédération nationale des coopératives de pêche, ce mercredi dans sa résidence à Tokyo.

Ikuhiro Hattori, le directeur de la fédération, a jugé inacceptable la libération de grandes quantités d'eau contaminée dans la mer, sans avoir consulté au préalable les pêcheurs. Un acte de cette nature pourrait détruire l'industrie de la pêche, a-t-il affirmé.

M. Hattori a demandé au gouvernement de prévenir d'autres dommages, provoqués par des rumeurs sur la contamination des poissons, et de tout mettre en oeuvre pour indemniser pleinement les personnes travaillant dans le secteur des pêcheries.

En présentant ses excuses, Naoto Kan a expliqué que son gouvernement luttait actuellement pour maîtriser le plus tôt possible la centrale endommagée et pour éviter toute nouvelle évacuation d'eau contaminée. En ce qui concerne les dédommagements, le gouvernement agira de façon responsable, a conclu le premier ministre.
Sources NHK radio Japon

Tepco, a commencé à tester l'un des réacteurs endommagés de la centrale

La Compagnie d'électricité de Tokyo, Tepco, a commencé à tester l'un des réacteurs endommagés de la centrale Fukushima Dai-ichi pour vérifier s'il est possible d'immerger et de faire refroidir les barres de combustible brûlantes.

L'opérateur a entrepris de pomper davantage d'eau dans le réacteur numéro 1 mercredi pour observer les incidences éventuelles sur le niveau de l'eau dans l'enceinte de confinement et identifier d'éventuelles fuites.

Tepco a augmenté la quantité d'eau déversée de 6 à 10 tonnes par heure mercredi, mais a décidé de ne pas continuer dans ce sens, les données faisant état d'une instabilité du réacteur.

La compagnie projettait de passer à 14 tonnes d'eau par heure vers 16 heures, mais elle a décidé de rester à 10 tonnes pour le moment.

L'opportunité de procéder à des injections d'eau supplémentaires sera à nouveau examinée mercredi vers 22 heures.

Tepco avait initialement l'intention de diminuer les injections à 6 tonnes par heure mardi matin, mais elle a changé d'avis après avoir inspecté l'intérieur du bâtiment du réacteur à l'aide d'un robot télécommandé.

Ce test entre dans le cadre de son projet de remplir d'eau les enceintes de confinement des réacteurs 1 et 3 d'ici juillet, afin de faire refroidir les barres de combustible de manière durable.
Sources NHK radio Japon

mercredi 27 avril 2011

le niveau de l'eau radioactive a augmenté au niveau des réacteurs 3 et 4

L'opérateur de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi annonce que le niveau de l'eau radioactive a augmenté au niveau des réacteurs 3 et 4.

L'eau contaminée dans la centrale freine les efforts de restauration des systèmes.

La Compagnie d'électricité de Tokyo, Tepco, est en train de transvaser l'eau hautement radioactive du tunnel du réacteur 2 vers une installation de stockage temporaire.

Tepco a également indiqué qu'une enquête effectuée jeudi dernier avait révélé une hausse de la concentration de substances radioactives dans l'eau accumulée au sous-sol du bâtiment de la turbine du réacteur 4.

Selon la compagnie, l'eau utilisée pour refroidir le réacteur 3 pourrait s'être infiltrée dans le numéro 4, les bâtiments de leurs turbines respectives étant raccordés.
--
La Commission japonaise de sûreté nucléaire estime à environ 1 terabecquerel par heure la radioactivité de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi, dimanche. Selon un conseiller du gouvernement la radioactivité baisserait progressivement.

La commission a annoncé lundi ses dernières estimations et les a comparées aux 154 terabecquerels par jour enregistrés le 5 avril.

Kenkichi Hirose, un conseiller du Bureau du gouvernement en charge de la Commission de sûreté nucléaire, a déclaré à des reporters qu'à son avis, la radioactivité baissait, au regard des conditions actuelles dans la centrale.
--
La Compagnie d'électricité de Tokyo, opérateur de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi, a vérifié qu'il n'y avait pas de fuite à l'intérieur du réacteur 1 avant d'augmenter le niveau de l'eau afin de faire refroidir les barres de combustible.

Tepco espère terminer de remplir les enceintes de confinement des réacteurs 1 et 3 vers la mi-juillet. Il s'agit d'immerger les barres de combustible pour assurer un refroidissement continu.

L'opérateur s'emploie actuellement à pomper 6 tonnes d'eau par heure à l'intérieur du réacteur 1.

Mardi, des robots télécommandés ont été envoyés à l'intérieur du bâtiment du réacteur pour en vérifier l'état, notamment la présence de fuites éventuelles. Aucun dégât majeur n'a été constaté.

Tepco va augmenter la quantité d'eau déversée dans le réacteur à 14 tonnes par heure mercredi à titre expérimental.

Par ailleurs, le niveau de radioactivité dans une galerie du réacteur 2 serait particulièrement élevé. La compagnie est en train de transférer l'eau contaminée qu'elle contient vers une aire de stockage temporaire.

Des taux de radioactivité élevés ont également été détectés sur le site du réacteur 4.

Le niveau de l'eau irradiée dans une galerie du réacteur 3 est aussi en train de monter.

Sources NHK radio Japon

mardi 26 avril 2011

Ressemblances et différences entre Tchernobyl et Fukushima

Commentaire : Ressemblances et différences entre Tchernobyl et Fukushima
Pour notre commentaire, Leonid Bolishov, directeur de l'Institut russe de sûreté nucléaire, nous livre ses réflexions sur l'état actuel des installations de Tchernobyl et sur les leçons que nous devons tirer de la catastrophe, survenue il y a 25 ans.

Radio Japon :
Tout d'abord, à quoi ressemblent maintenant la centrale nucléaire accidentée et les régions avoisinantes ?

Leonid Bolishov :
A moins de 30 kilomètres de la centrale se trouve la petite ville de Pripyat. Ses habitants avaient dû évacuer sitôt après la catastrophe et elle est déserte depuis lors.

Les champignons et les fruits qui poussent aux alentours présentent encore des niveaux de radioactivité supérieurs aux normes admissibles. Mais certains résidents sont revenus vivre dans leurs foyers à l'intérieur de la zone à moins de 30 km de la centrale.

Après l'accident en Ukraine, le réacteur 4 a été rapidement recouvert d'un sarcophage pour empêcher les fuites de matières radioactives. Mais la structure n'était que temporaire et elle s'est peu à peu détériorée au point de présenter des fissures, ce qui fait craindre de nouveaux rejets d'éléments radioactifs.

Il existe un plan de construction d'une sorte de couvercle en forme d'arche près du site du réacteur endommagé. Cette structure serait ensuite déplacée sur des rails et placée au-dessus du sarcophage actuel. Mais les progrès de ce projet sont contrecarrés par les coûts financiers de l'opération.

Radio Japon :
Quels sont les points communs et les différences entre la catastrophe de Tchernobyl et celle de Fukushima Dai-ichi au Japon ? Et quelles leçons devons-nous tirer de Tchernobyl ?

Leonid Bolishov :
Tout d'abord, les deux accidents sont, certes, du plus haut niveau de gravité. Mais les quantités de matières radioactives libérées sont sans commune mesure. En comparaison avec Tchernobyl, les radioéléments relâchés à Fukushima sont, jusqu'ici, beaucoup moindres et ils se sont dispersés sur des zones bien plus réduites.

Dans les deux cas, les résidents des villages proches ont été rapidement évacués après les explosions. Cette décision des autorités a été la bonne. Mais après Tchernobyl, nous avons constaté que la zone de contamination n'a pas pris la forme d'un cercle parfait, limité par un rayon donné.

La semaine dernière, le gouvernement japonais a désigné certaines régions à moins de 20 km de la centrale comme légalement interdites au public. Mais cette décision va affecter fortement la vie des résidents de toute la zone. C'est pourquoi je suggère que la désignation de la zone d'évacuation soit décidée après avoir soigneusement analysé la situation réelle sur le terrain. Il ne suffit pas de tracer un cercle de 20 km de rayon.

Radio Japon :
Vous venez d'entendre les réflexions de Leonid Bolishov, directeur de l'Institut russe de sûreté nucléaire, sur les accidents de Tchernobyl et de Fukushima Dai-ichi.